Nuit Orange à Brignais

Publié le par Sharqi Girl

Hier soir à Brignais, la Compagnie de la Sirène présentait le spectacle « Nuit Orange », précédé par le gala des élèves d’Irène Arnulf, danseuse de la compagnie. Bien que la connaissant depuis quelques années, je n’avais jamais eu l’occasion de la voir en spectacle, ce fût chose faite, pour mon plus grand plaisir d’ailleurs, la suite vous expliquera pourquoi…

 

Le théâtre du Briscope se remplit rapidement, la lumière se tamise, le rideau s’ouvre et le gala commence avec une musique très envoûtante. Ma voisine dit à son mari que cela « la transporte », c’est le mot, nous voilà partis dans le désert… Les numéros se suivent avec différents groupes d’élèves d’Irène, sur des musiques traditionnelles sans aucun parasite à tonalité électronique. Les danseuses portent en majorité de superbes jupes satinées et colorées, et cela suffit à mettre en valeur des chorégraphies élaborées avec des (dé)placements très travaillés. A la fin du dernier numéro, les percussions se font plus sonores encore et pour cause ! Raphael et Wassim, percussionistes de la compagnie, entrent dans la salle et toutes les danseuses se rassemblent pour un défilé linéaire dansant. Ce final original précède l’entracte. Snif, déjà. Beaucoup quittent la salle mais pas moi, je veux rester « dans l’ambiance ».

 

Fin de l’entract, le théâtre se re-remplit… (vous connaissez la suite…) Sur scène, les instruments de musique ont fait leur apparition, accompagnés dans un premier temps par Carole (clarinette) et Wassim, puis Raphael… et Irène. Ce spectacle de danse orientale contemporaine est le fruit d'une longue et étroite collaboration entre une danseuse et trois musiciens à partir d'un texte poétique de Claude Roy. Ici, musique et danse puisent dans les traditions du Moyen Orient pour s'ouvrir à d'autres imaginaires, à la rencontre de personnages inattendus. En effet, Irène nous apparaît tantôt vêtue de voiles blancs, tantôt en élégante femme fatale (avec un habile numéro de sagattes !), tantôt mystique (avec des tours impressionants qui ne sont pas sans rappeler ceux des derviches)… tour à tour espiègle, mystérieuse, séductrice, rythmant agréablement le spectacle. La nuit inspire…

 

Je salue la mise en scène de Barbara Debarge, l’interprétation / les chorégraphies d’Irène Arnulf, les prestations musicales de Carole Marque Bouaret (clarinette et chant), Wassim Halal (percussions) et Raphaël Arnulf (basse, percussions, texte). Non contents d’avoir présenté un spectacle avec musique vivante, ils ont proposé un vrai travail de création avec une belle énergie collective, de très beaux échanges au sein du groupe et avec le public. Ce spectacle, tout comme le gala qui l’a précédé, m’ont émerveillée.
 
Je souhaite en tout cas que « Nuit Orange » soit reprogrammé, parce que ses acteurs ont du talent et une vraie passion pour leur art, mais aussi parce que le résultat est là : pour preuve les chaleureux applaudissements du public, enthousiaste et nombreux (la salle était comble). « Elle est venue la nuit... » : BRAVO et MERCI !!

Publié dans Danses Orientales

Commenter cet article

chippendales 31/05/2008 18:45

tres sympa ton blogc'est vrai que ca donne grave envie de le voirbonne continuationanna

Sharqi Girl 31/05/2008 18:52


Merci. :-)


shana 30/05/2008 09:03

merci pour ce compte rendu qui donne vraiment envie de voir le spectacle, de découvrir la compagnie et d'entendre les musiciens et récitants!!!ce devait être très dépaysant et authentique!!!y aura t'il une ou deux photos supplémentaires par la suite?amitiésshana

Sharqi Girl 30/05/2008 11:53


Avec plaisir Shana. Pour les photos : "peut-être que oui"... @ bientôt !